Accueil Forum Khâgnes Lyon tronc commun planète financière Répondre à: planète financière

#391
Avatarrwaeselinck
Bloqué

Pour ma part je suis pour une lettre de cadrage radicalement différente.Et même ,plus simplement, une vraie

lettre de cadrage.Le texte proposé est plus une tentative,peu convaincante,de justifier le choix du programme qu’une

réelle feuille de route précise,argumentée et structurée.Rien à voir avec les instructions données l’année dernière.

La multiplication des formules vagues(on peut s’interroger, on peut réfléchir,on peut s’intéresser) et l’emploi d’un vocabulaire

purement économique montrent bien que le sujet est d’abord et avant tout économique et que la géographie n’est qu’à la marge.

Pour compenser la pauvreté de la réalité spatiale du thème proposé le texte se veut rassurant en suggérant les multiples liens que la finance

entretient avec de nombreux aspects de la géographie:les villes, l’agriculture,l’industrie, l’écologie , les états, les frontières etc…et ceci

à toutes les échelles avec des acteurs divers et variés.Bref la finance est partout et la géographie,en cherchant bien, doit bien être concernée de prêt ou de loin

par cette « industrie ».La pauvreté de la bibliographie et le renvoi sur le site d’une émission de radio en disent long sur les incertitudes des concepteurs

de ce programme.

Cette question a été étudiée,investie par les géographes? Alors qu’on nous donne des précisions et des thèmes précis à étudier et à transmettre.

Cette question fait l’objet d’interrogations, de pistes possibles,de thèses à venir ?.Alors cela n’est guère compatible avec un programme que nous devons rapidement

dominer et enseigner en quelques mois.

Que faire ? Je vois 3 possibilités

1) Donner des précisions prouvant que cette question a toute sa place.Préciser ,avec des références,les différents thèmes possibles.

2) Elargir cette questions à d’autres flux dans l’esprit du FIG de 2005 « Le monde en réseaux: liens invisibles,lieux visibles » (la finance était d’ailleurs très peu présente )

3) En dernier recours abandonner ce thème .

Il faut reconnaître qu’il y a un vrai problème, si une solution n’est pas rapidement trouvée la voie choisie par l’ENS risque fort de se transformer en impasse.Ce serait dommage d’en arriver là surtout après l’excellente année passée sur le programme 2013-2014 : thème choisi, lettre de cadrage, sources abondantes et sujet proposé.

J’espère avoir fait avancer ,un peu, le débat.Si les choses en restent là ,nous nous soumettrons (avons nous le choix ?).Comme d’habitude il y aura du travail,de la recherche, des aides apportées aux élèves,une volonté d’être à la hauteur,un souci de bien faire mais il risque de manquer l’essentiel:le plaisir d’enseigner la Géographie.

Au plaisir de vous lire.